Fabe - 11'30 Contre Le Racisme - Clickletras.com.br


Letra 11'30 Contre Le Racisme

Jean-Francois Richet + Maitre Madj
Lois Deffere, lois Jox, lois Pasqua ou Debre, une seule logique.
La chasse à l'immigré. Et n'oublie pas tous les décrets et circulaires.
Nous ne pardonnerons jamais la barbarie de leurs lois inhumaines.
Un état raciste ne peut que créer des lois racistes.
Alors assez de l'anti-racisme folklorique et bon enfant dans l'euphorie des jours de fête.
Régularisation immédiate de tous les immigrés sans papiers et de leurs familles.
Abrogation de toutes les lois racistes régissant le séjour des immigrés en France.
Nous revendiquons l'émancipation de tous les exploités de ce pays.
Qu'ils soient Français ou immigrés. Et au fait, qu'est-ce que t'en penses toi ?


Rockin' Squat
Je ne veux pas faire de politique, ma mission est artistique.
Mais quand je vois tout le trafic, on ne peut pas rester pacifique.
Les lois qu'ils veulent mettre en application
corroborent mon accusation.
Trop de mes semblables pètent les plombs,
pris dans le tourbillon de l'immigration.
Tout pays au monde expulse ses immigrés clandestins.
C'est vrai mais la France a une autre responsabilité entre les mains.
Les faits sont historiques
Le peuple français a fait couler son sang,
pour écrire noir sur blanc
les bases d'une démocratie en Occident.
Que les dirigeants s'en souviennent, attends, je les illumine.
Droit d'asile pour les populations victimes de la misère du globe.
Combattre le racisme, le fascisme, le sexisme,
et toutes sortes de xénophobes.
Sans papiers, donc sans droits, sans droits donc écrasés par les lois.
La justice nique sa "reumdava"
Quand on voit ses desiderata au grand jour.
Je reste lucide dans mon faubourg,
et garde un oeil sur les vautours.


Akhénaton
Plus d'excuses, les gens savent très bien pour qui ils votent
52% de fils de putes à Vitrolles.
Une fois pour toutes, c'est clair.
Idem pour ces ministres mielleux, fielleux,
votant des lois pour séduire ce type d'électorat.
Rappelle-toi qui s'est battu pour la France,
couteau entre les dents, rampant, et rien dans la panse.
Tu collaborais à l'époque, chien, un toutou docile,
heureux de voir les Arabes débouler pour libérer ta ville.
De Joxe à Debré, je traque les fafs en costard,
la gauche caviar, la droite de la droite au pouvoir.
Moyen Resistenza, effet Independenza.
Tous égaux devant les lois, dixit Sentenza.


Mystik + Arco
Je suis comme un pionnier, je porte très haut le flambeau.
J'en place une pour les frères au préau.
Mes rêves d'autrefois disent au revoir.
Trop longtemps écrasé, étouffé, assoiffé, je rêve de revo,
je dévore.
Je tacle l'obstacle, enflamme les consciences qui s'évaporent.
Les porcs s'installent, s'étalent et tèjent le peuple
sur une étroite bordure.
Tout le monde sait que leur coeur est creux et plein d'ordures.
Ne voyez vous pas jusqu' aux pas de vos portes, je baise vos élites.
Je me sens plus fort, je prends des grades,
j'empoisonne avec le White Spirit la machine étatique,
le rouleau compresseur qui est sans passions
contre vos passions.
Je prends position, au micro je mets des coups de pressions.
Les bâtards veulent me pousser dans l'impasse,
que mon ombre perde ma trace.
Je reste dans la masse, l'arme efficace
et je crame le système comme une charasse.
Ne pète pas plus haut que ton cul,
si t'es membre des moins costauds.
Mais dis-moi Mani tu déblatères, t'écrases tes frères
comme des blattes à terre pour un drapeau.
Devant la lumière, sombre sabre reste sobre,
pour l'octobre, dans les décombres.
Réfléchis, jamais ne fléchis, dans l'ombre dénombre tes soldats
qui ne tendent pas l'arme sur leurs tempes, n'est pas, y a pas.
J'casse trop, je reste fidèle à moi même,
trop de gens parlent, l'argent parle, les agents parlent,
procréent trop d'infidèles s'opposant, m'imposant,
pour Karl je reste fidèle,
même au bout d'une corde, miséricorde, j'casse trop.
Moi, je fracasse est-ce une histoire de paperasse
ou de couleur de peau, l'odeur de soufre de Méphisto,
les gens souffrent à cause des lois racistos.
Galérianos signale les bastos.
Les fréros poussés dans la Seine, trop de peine.
Mi-d'or devant Vincennes je prends position,
car là où passent les bâtards c'est la désolation qu ils sèment.


Soldafada + Ménélik
Quoique tu fasses, le melting pot français est ainsi fait.
Renoi, Céfran, Rabza, Spanish, Toss,
Portuguesh, Kung Fu, Macaroni.
Dans une cité ou pas. L'Etat nous dit zeubi, drôle de démocratie.
Ménélik, Soldafada sur la dalle, encaissent gauche, droite,
la tension extrême, l'issue bouchée, la porte trop étroite, direct.
Ils veulent nous manipuler comme des poupées,
nous couper l'herbe sous le pied,
de façon à ce que les gens ne puissent plus respirer.
Nous sommes comme des parasites, surtout pas raciste, moi.
Donc, tes textes, tes lois, réécris-les c'est pas les bons j'crois.
Nakk sent que ca sent le roussi pour ceux qu'ont un accent.
Lois Debré ou de force et les droits de l'homme sont absents.
- C'est ça la France -
Ici c'est dur d'entrer comme une forteresse,
dire qu'un cousin m'a dit, Nakk, la France c'est fort je reste.
La marque de la bête, ici, en l'occurrence c'est l'étranger.
Danger, danger, pour ceux qui par ce fait sont blasés, blasés.


Yazid
Celui que le facho appelle bicot prend le micro,
pour démentir les faux propos, stopper le complot.
Je jette un oeil sur le passé, vous pensiez l'effacer,
hélas l'histoire se répète, revient nous offenser, c'en est assez !
Ils jettent encore le discrédit sur mon ethnie,
sur tout ce qui est physiquement différent.
Mais l'harbi (arabe) monte au créneau, j'ai le droit de veto,
je serai le bourreau, je ferai front quoi qu'il advienne
je ne mâcherai pas mes mots.
La réapparition des vieux démons d'un passé pesant
conforte l'idée que j'ai sur ce racisme latent, d'antan,
datant du temps des premières crises dans
un pays qui dans un total désarroi prétend
encore une fois que nous sommes la cause de ce marasme,
que c'est notre faute si la France est prise de crises d'asthme
Mais qu'ils sachent que je serai toujours sur la brèche, bref.
Je combats le facho et tous ceux qui sont de mèche.


Fabe
Vigipirate, carte de résident en danger, délation.
France aux Français. Guerre avec un grand G.
Qu'est-ce que tu veux que je fasse face à ces panneaux
qui sont tellement sales qu'ils me font penser à Brigitte Bardot.
Qu'est-ce qu'il y a ? T'es choqué quand je dis ça ?
Ne bouge pas, j'ai pas fini, tu veux mon nom, c'est Befa.
L'impertinent, celui qui écrit une lettre au Président
que Skyrock, Fun et NRJ censurent impunément évidemment.
Personne se sent concerné surtout que dans le pire des cas
c'est mes enfants qui seront enfermés.
Donc fermez-la une fois pour toutes, mon téléphone est sur
écoute, pas de doute, je bosse pas pour les scouts de France.
Je balance une idée révolutionnaire. Debré hors-la-loi,
si tu l'attrapes, mets-lui un coup pour moi,
un coup pour nous, un coup pour tout ce qu'ils nous ont fait,
un coup pour dire qu'un jour ils finiront par payer leurs méfaits.
En effet, je l'ai fait, si tu veux me faire un procès,
t'as droit qu'à un seul essai.
Donc, essaie de laisser la vérité passer au sujet des Français,
de ce qu'ils ont fait dans le passé à nos pères et à nos mères.
C'est que quand je pense à ce que ta France a pris
à l'Afrique noire et à l'Algérie.
De quoi tu nous paries aujourd'hui. 9-7.
de quelle dette ? De quels droits ? De quels papiers ?
De quelles lois ? De quels immigrés ?